Peter S Spencer, Valerie S Palmer

Department of Neurology, School of Medicine, Oregon Health & Science University, Portland, OR 97201, USA  


Comment est-il possible que le litchi, un fruit tropical délicieusement sucré, puisse induire une encéphalopathie hypoglycémiante mortelle chez les enfants ?  La réponse est simple : le fruit comestible (arille) du litchi (Litchi sinensis ou Litchi chinensis), et d'autres membres de la famille des Sapindaceae, contient des acides aminés inhabituels qui perturbent la gluconéogenèse et β-oxydation des acides gras.   Ceci est bien établi tant pour le litchi que pour le fruit de son cousin, l'ackee (Blighia sapida), membre des sapinacées originaires d'Afrique de l'Ouest et transplanté au XVIIIe siècle dans les Caraïbes.  L'ingestion de fruits d'ackee immatures est connue depuis des décennies en Jamaïque pour causer une encéphalopathie hypoglycémique toxique (maladie jamaïcaine des vomissements) chez les enfants.   Ces connaissances ont été lentes à atteindre certaines régions d'Asie où la maladie dite mystérieuse du litchi a été attribuée à diverses causes (coloration des fruits, coup de chaleur) au Bihar, en Inde, à un pesticide non identifié dans le nord-ouest du Bangladesh et, après une recherche virologique négative exhaustive, à un virus neurotrope non encore découvert au nord-est du Vietnam. Cependant, cette maladie évolue beaucoup trop rapidement pour être un trouble viral, le délai médian étant de 20 h  au décès dans les enfants bangladeshis .

Dans The Lancet Global Health, Aakash Shrivastava et ses collègues, une étude sur les enfants indiens atteints d'encéphalopathie associée au litchi attribue sans équivoque la responsabilité du litchi lui-même, comme l'ont prédit les chercheurs indiens précédents et nous.  Comme la plupart des facteurs neurotoxiques, sinon tous, la séparation entre la santé et la maladie d'origine chimique dépend de la posologie et de la sensibilité individuelle, ce qui se traduit dans ce cas par le nombre de fruits de litchi consommés et la concentration en acides aminés hypoglycémiques, ainsi que par l'âge et l'état nutritionnel des enfants. Shrivastava et ses collègues rapportent que, à l'instar de l'ackee, le fruit non mûr du litchi présente une concentration plus élevée d'hypoglycine A et de son homologue inférieur, l'Þ(méthylènecyclopropyl)glycine ; l'absence de différence significative entre les deux provient probablement du petit nombre d'échantillons de fruits testés (n=6 par lot de fruits mûrs et verts). Malheureusement, l'étude n'a pas comparé les cas associés à la litchi avec les témoins de la communauté et, étrangement, les cas ont été comparés avec des témoins malades sans maladie neurologique et sans antécédents de troubles mentaux ou de crises au cours des trois mois précédents, et admis dans un hôpital de surveillance moins de sept jours après l'admission du cas. 

Le fait que des données bien établies sur la toxicité des sapinacées existent depuis longtemps grâce à l'expérience clinique en Afrique et dans les Caraïbes est une leçon importante pour la santé mondiale et la neurotoxicologie.   Une compréhension mondiale des effets néfastes sur le système nerveux des produits chimiques naturels et synthétiques permettra d'accélérer le diagnostic et le traitement d'autres mystérieuses épidémies de maladies du cerveau liées à l'environnement.  Le sous-continent indien n'est pas étranger aux effets neurologiques des toxines dans les plantes - par exemple, la dépendance alimentaire à l'égard du pois d'herbe ou du manioc qui entraîne les paraparésies spastiques du lathyrisme et du cassavisme, respectivement.  Contrairement à ces maladies neurologiques  incurables, l'encéphalopathie des ackees peut s'enrayer en restaurant les concentrations sériques de glucose.  Cependant, certains enfants se retrouveraient avec des déficits cognitifs, une faiblesse musculaire ou des troubles du mouvement, dont les causes doivent être étudiées.

Pourquoi l'encéphalopathie saisonnière du litchi est-elle un événement relativement récent en Inde, au Bangladesh et au Vietnam ?  L'explication la plus plausible est l'expansion rapide de la production commerciale de litchi en Asie et au-delà. La production indienne est la deuxième après celle de la Chine, d'où provient Litchi sinensis et ses effets toxiques potentiels sont notés dans la littérature ancienne.  Aujourd'hui, plusieurs pays asiatiques exportent du litchi et d'autres Sapindaceae, dont le ramboutan (Nephelium lappaceum) et le longan (Dimocarpus longan) pour consommation à l'étranger. Aux États-Unis, par exemple, contrairement à l'importation réglementée de fruits d'ackee en conserve, dont la teneur en hypoglycine doit faire l'objet d'un dépistage, il n'y a aucune restriction pour les autres membres de la famille des framboises, dont le litchi.  Heureusement, le coût élevé de ces fruits importés et la probabilité qu'ils soient consommés en petites quantités par des consommateurs bien nourris donnent peu de raisons de s'inquiéter aux États-Unis.

 Il y a toutefois lieu de s'inquiéter sérieusement du fait que l'encéphalopathie hypoglycémique toxique saisonnière induite par la litchi continuera non seulement à être confondue avec un trouble viral, en particulier l'encéphalite japonaise B, mais touchera également d'autres régions d'Asie où la production commerciale de litchi augmente et où les enfants mal nourris ont accès aux fruits tombés, endommagés ou non matures qui ne sont plus vendus.  Les régions préoccupantes comprennent le nord-ouest du Bangladesh, le sud de la Chine, le nord de l'Inde, le nord de l'Inde, le Teraï des régions de développement central et oriental du Népal, la région autonome de la Cordillère des Philippines, le nord de la Thaïlande et le nord-est du Vietnam. La culture du litchi augmente également en Afrique du Sud, en Australie et en Amérique. Dans l'avenir, les chercheurs devront travailler avec l'industrie du litchi pour déterminer comment la teneur en acides hypoglycémiques varie entre variétés, sols, conditions climatiques et de récolte.  Des conseils devraient être élaborés à l'intention du consommateur, en particulier des enfants, mais aussi des adultes qui ont un profil métabolique sensible ou qui mangent des fruits après le jeûne.  Bien que l'on puisse s'attendre à une résistance à l'idée que le litchi pourrait avoir une toxicité potentielle, celle-ci pourrait disparaître lorsque l'industrie sera informée des recherches en cours sur les effets bénéfiques possibles des agents hypoglycémiants dérivés du litchi dans la lutte contre le syndrome métabolique et les maladies chroniques connexes. Pour une bonne raison, peut-être, une chanson de la Jamaïque, où Blighia sapida est considéré comme le fruit national et régulièrement mangé avec du poisson salé, contient les mots :  "un ackee par jour éloigne le docteur" !

 
Traduit avec www.DeepL.com/Translator

 https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S2214-109X%2817%2930046-3