Le Nobel de chimie distingue une Française


Le Nobel de chimie distingue une Française… et ridiculise la France

                           Un prix Nobel dont la France se gargarise avec si peu de raisons d’en récolter le prestige.          

Par Nathalie MP Meyer.Extase et ravissement dans l’Hexagone ! Le prix Nobel de chimie 2020 vient d’être décerné à un duo de chercheuses comprenant l’Américaine Jennifer A. Doudna de l’Université de Berkeley en Californie mais surtout la Française Emmanuelle Charpentier de l’université… enfin, bref, une Française qui confirme au plus haut niveau l’excellence de la recherche française, comme s’en sont immédiatement félicités le Premier ministre Jean Castex et la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Frédérique Vidal :


Petit problème cependant, car si Emmanuelle Charpentier a bel et bien fait ses études en France et obtenu son doctorat en microbiologie en 1995 à l’université Pierre-et-Marie-Curie (insérée aujourd’hui dans Sorbonne Université), elle a passé tout le reste de sa carrière de chercheuse à l’étranger, d’abord aux États-Unis, puis à Vienne en Autriche, puis en Suède et enfin en Allemagne. Aujourd’hui, elle dirige à Berlin le Centre de recherche Max-Planck pour la science des pathogènes.La recherche française en tant que telle se révèle donc fort peu impliquée dans l’avancée scientifique que constitue la technologie Crispr-Cas 9, ou ciseaux moléculaires permettant de « réécrire le code de la vie » ainsi que l’a exprimé l’Académie du Nobel en attribuant son prix de chimie à Emmanuelle Charpentier et sa collègue américaine.Pour la chercheuse française, la recherche scientifique hexagonale souffre de deux handicaps majeurs. Elle est sous-financée et elle manque totalement de souplesse dans son fonctionnement comme dans le choix des projets de recherche soumis à son approbation :

« Le souci, ce sont les structures en général, qui ne sont plus adaptées à la compétition, à la vitesse nécessaire pour mettre en place des projets, récolter des fonds, les réorienter… Une sorte de pesanteur s’est installée. […] Je ne sais pas si, étant donné le contexte, j’aurais pu mener à bien le projet CRISPR-Cas 9 en France. » (L’Express, 2016)
« Ma motivation principale a toujours été la liberté de recherche. L’avantage à Max-Planck est d’avoir un budget durable qui permet de développer des projets à long terme. […] Il y a beaucoup de choses à revoir et à réadapter dans le système français de la recherche fondamentale, qui est principalement fondé sur le fonctionnariat. » (Le Point, 2018)

Des remarques qui pourraient éventuellement passer pour l’expression d’une opinion strictement personnelle de la part d’une personne qui a choisi très jeune de partir à l’étranger mais qui sont parfaitement corroborées par le rapport que le Comité national de la recherche scientifique a publié l’an dernier sur l’état de la recherche publique en France :

« La recherche publique française est insuffisamment financée, la part du budget de l’État qui lui est consacrée décline et les crédits publics de recherche sont mal répartis et en partie mal employés. » (page 10)

En pourcentage du PIB, précise le Comité, la dépense intérieure de recherche et la dépense intérieure publique pour la recherche publique sont en-deçà des valeurs observées dans des pays comparables d’Europe et d’Amérique du Nord.De plus, le temps effectivement disponible pour la recherche s’est considérablement réduit : entre le temps passé à déposer des demandes de financement pour tel ou tel projet et les diktats d’une administration de plus en plus tatillonne « combinant contrôle a priori, contrôle a posteriori et exigences de reporting fréquent », c’est la recherche elle-même qui s’évapore dans le pire de l’esprit de fonctionnariat évoqué par Emmanuelle Charpentier.Pour le dire avec les mots d’un chercheur interrogé par France Info :

« Des gens formés à bac +9 ou +10 doivent passer leur temps à écrire des proposals (demandes de financement) refusées. […] Conséquence, ils ne peuvent pas passer assez de temps à la paillasse. »

Autrement dit, il en va de la recherche scientifique en France exactement comme de l’Hôpital public dont on a pu mesurer récemment les failles béantes avec la pandémie de Covid-19 : malgré un niveau de dépenses publiques plus élevé que partout ailleurs, soit au total 55,6 % du PIB en 2019 contre 45,4 % en Allemagne et 49,3 % en Suède (pays où Emmanuelle Charpentier a travaillé sur l’outil Crispr-Cas 9), la France souffre de carences énormes dans des domaines fondamentaux qui engagent l’avenir par mauvaise utilisation des fonds publics, mauvaise organisation, prépondérance des tâches bureaucratiques et croyance un peu naïve que la solution réside dans le célèbre « plus de moyens » sans engager une réflexion sur l’efficacité des moyens.Sans oublier le poids d’une idéologie environnementale engourdie dans le principe de précaution (intégré au bloc de constitutionnalité depuis 2005) et qui fait montre d’une opposition farouche aux OGM dans l’attribution des crédits de recherche. Emmanuelle Charpentier pense qu’en France, elle n’aurait jamais obtenu les financements nécessaires à son projet.Celui-ci consiste en effet à « éditer le génome », c’est-à-dire à opérer des modifications génétiques dans l’ADN : la partie Crispr des « ciseaux » identifie le gène cible qu’il faut réparer et la partie Cas 9 (une enzyme) effectue la découpe afin de supprimer un gène indésirable ou de le remplacer par un gène provenant d’un autre individu, ainsi que l’explique le schéma ci-dessous extrait du compte twitter du Point :

Le champ des applications possibles est immense, en médecine naturellement, mais de façon plus immédiate en agriculture, domaine où l’amélioration des variétés (de blé, etc.) est au cœur du travail de l’agriculteur depuis que l’agriculture existe : obtenue d’abord par hybridation, elle a connu une forte évolution avec la technique de la mutagénèse et maintenant avec celle des organismes génétiquement modifiés (OGM) ou transgénèse qui permet de résoudre de nombreux problèmes de santé, de nutrition et de protection de l’environnement.Malheureusement pour nous, l’Union européenne a non seulement interdit sur son territoire toutes les cultures OGM à l’exception du maïs transgénique MON810 (résistant aux insectes ravageurs), mais en 2018, elle a inclus les produits obtenus par les « ciseaux moléculaires » d’Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna dans sa liste des OGM. Quant à la France, non seulement elle se conforme aux décisions de l’UE mais elle s’empresse toujours de faire du zèle, ce qui l’a conduite à interdire le MON810 depuis 2008.L’utilisation de la technologie Crispr-Cas 9 en elle-même n’est pas interdite, et du reste de nombreux chercheurs l’utilisent pour leurs propres travaux de recherche, mais ses applications agricoles sont pour l’instant formellement écartées en raison des suspicions qui continuent à entourer les OGM en Europe. Ce qui n’empêche pas le reste du monde de tourner.On aurait pu croire que l’invalidation définitive de l’étude spectaculairement approximative de notre immense chercheur Gilles-Éric Séralini portant sur des rats nourris avec du maïs transgénique NK603 de Monsanto présentant une bonne tolérance au glyphosate (herbicide) finirait par amener les pouvoirs publics à plus de bienveillance à l’égard des OGM, et ce d’autant plus que d’autres études plus récentes et largement plus rigoureuses ont conclu que la consommation des maïs transgéniques NK603 et MON810 de Monsanto n’affectait pas la santé des rats soumis à ce régime comparativement à une alimentation similaire sans OGM.Mais en France, la seule réaction du gouvernement a consisté à se réjouir de la décision de l’Union européenne vis-à-vis de Crispr-Cas 9, tout d’abord à titre de précaution face à des technologies très nouvelles dont les effets sur la santé et l’environnement ne sont pas encore très bien connus, et ensuite parce qu’étant généralement protégées par des brevets, ces innovations pourraient « conduire à une appropriation et un verrouillage de l’accès aux ressources génétiques ». Faudrait savoir : on a peur d’y avoir accès ou on a peur de ne pas y avoir accès ?Il est à souhaiter que ce prix Nobel dont la France se gargarise avec si peu de raisons d’en récolter le prestige sera à l’origine d’une réflexion approfondie sur le fonctionnement de nos organismes de recherche publique d’une part et d’une évolution de l’image désastreuse des OGM dans l’opinion publique d’autre part. Ces derniers apportent tellement de solutions élégantes à de graves problèmes de santé, de nutrition et d’environnement qu’il serait humainement dommageable de s’en passer plus longtemps.